Mangastore #59

,

Une chronique manga qui ne contient que du bon ! Que ce soit shonen ou shojo, vous trouverez de quoi faire plaisir ou vous faire plaisir.

 

Au-delà de l’apparence T.3/4
scénario et dessins de Fumie Akuta
Kana, 2017

 

Le grand-frère d’Itsuki revient après un voyage à l’étranger et il s’avère qu’il connaît bien Chitose, étant un précieux ami d’enfance de la jeune fille. Une situation pas simple à gérer quand les sentiments s’en mêlent.

 

Voilà une romance qui ne perd pas son temps ! La mangaka sait captiver son lectorat avec des intrigues simples et réalistes que ce soit pour ces personnages principaux ou secondaires. Elle les oblige à se confronter à leurs sentiments au travers de leur expression artistique et continue à distiller ici et là de savants conseils pour les apprentis dessinateurs. Une série qui se lit avec facilité tant les émotions des visages se décryptent rapidement et qui a un succès fou auprès des jeunes lectrices de la bibliothèque. Parce qu’après tout, on a tous envie d’être aimé pour qui l’on est, au-delà de l’apparence…

 

Haikyu, les as du volley T.20 à 22
scénario et dessins de Haruichi Furudate
Kaze – shonen, 2017

 

La finale contre Shiraritorizawa bat son plein. Et alors que l’équipe de Karazuno fait office d’outsider, les voilà qui donnent du fil à retordre aux champions. Tous les espoirs sont donc permis !

 

Quel suspens ! Le mangaka ne retient pas son imagination pour permettre à l’équipe de Karazuno de défier ses rêves. Chaque personnage est mis en valeur, et ceux, que l’on pensait principaux, ne sont pas forcément ceux qui changeront le cours du match. En tout, il aura fallu 4 tomes pour venir à bout de ce match dantesque contre Shiratorizawa et l’on peut se demander alors ce que réserve la suite. Que du bon ! Le mangaka revient sur les équipes « copines » de Karazuno et leur destin dans leurs championnats respectifs. L’humour est toujours au rendez-vous et le trait du mangaka sait se moduler en fonction des effets voulus.

Une série qui a du souffle et qui tient sur la longueur ! Vivement la suite !

 

Love, be loved, Leave, be left T.5
scénario et dessins de Io Sakisaka
Kana, 2017

 

Les malaises entre Rio et Akari semblent se dissiper et les demi-frères/sœurs repartent sur une base sereine loin des tumultes amoureux. Pourtant, chacun de son côté éprouve des sentiments romantiques pour l’autre paire d’amis : Yuna et Kazuomi.

 

La mangaka revient vers une intrigue plus classique que les tomes précédents en un chassé-croisé amoureux entre les 4 protagonistes. Malgré tout, elle réussit à garder la fraîcheur des sentiments intacts (que cela soit amoureux ou amicaux) et interroge beaucoup la perception que l’on a de soit et des autres. Après les filles, c’est au tour des garçons de prendre conscience qu’ils doivent avancer et choisir ce qui les rend vraiment heureux. Le trait doux de la mangaka correspond toujours aussi bien à cette ambiance qui navigue entre fragilité sentimentale et réalité amère.

 

Bakuman T.18 à 20
scénario de Tsugumi Ohba
dessins de Takeshu Obata
Kana, 2014

 

Le duo Ashirogi est toujours en compétition avec le jeune génie Niizuma, et cette fois-ci, en plus, ils ont des histoires similaires. Qui alors de ces deux mangaka sera le fer de lance du Shonen Jump ? Le rêve de Mashiro de voir un animé de sa plume doublé par sa dulcinée est-il enfin à portée de main ?

 

Je suis tombée par hasard (en rangeant) sur les trois derniers tomes de cette série et je me suis rendue compte que je ne les avais pas lu. L’erreur est réparée et il aurait franchement été dommage de me priver de la conclusion de cette belle histoire. Rappelons que l’on suit deux jeunes mangakas et leur travail créatif pour arriver au sommet de la production japonaise en la matière. Chacun a sacrément progressé mais malgré tout ils ne doivent jamais relâcher leur attention. Ainsi on les voit prendre quelques jours de vacances pour la première fois depuis des années, ou penser à leur vie sentimentale… Ce manga est vraiment une source d’information sur la façon dont fonctionne l’édition japonaise des mangas. On voit donc la consécration mais surtout le dévouement, la passion et la rage qu’il faut avoir pour percer dans ce métier. Le duo Ohba / Obata est vraiment gage de qualité en ce qui me concerne (Death Note tout de même) et leur nouvelle série Platinium End en est la preuve !

 

Rainbow Days T.12/13
scénario et dessins de Minami Mizuno
Kaze – shojo, 2017/2018

 

Mari a enfin avoué ses sentiments à Anna, sa meilleure amie, et même si la jeune fille ne les partage pas, elle sent qu’elle pourra désormais avancer plus facilement. Pourquoi pas vers Matsu qui l’attend depuis un moment déjà ?

 

La mangaka se rapproche de la fin de sa série et cela se sent. Il n’est plus question de tourner autour du pot, chaque protagoniste se rend compte que la fin du lycée est proche et que s’il veut se rapprocher de l’être cher il devra avancer et se dévoiler. Les différents couples se forment (toutes les lectrices devraient donc y trouver leur compte) mais on surfe toujours avec légèreté et décalage sur cette thématique romantique. L’humour et les gaffes font régulièrement sourire et donne vraiment à cette série une saveur particulière. Je me demande ce que l’autrice nous aura réserver pour les derniers tomes !

 

Sawako T.27
scénario et dessins de Karuho Shiina
Kana, 2017

 

Kazehaya et Sawako ont chacun fait des choix pour leur avenir et doivent maintenant les assumer auprès de leur famille. Grandir n’a jamais eu l’air aussi dur et complexe…

 

Cette série continue sur sa lancée et amène les protagonistes devant les choix imposés par la fin du lycée. La mangaka prend le temps d’explorer un peu plus le personnage masculin de Kazehaya et de nous faire comprendre certains traits de la société japonaise. On voit donc peu les personnages secondaires qui, jusque là apportaient une touche plus légère à l’intrigue. Un ton un plus sérieux et en même temps plus doux change l’ambiance du manga et l’on sent vraiment que la fin de la série approche. Tourné vers l’avenir, les perspectives semblent différentes… J’attends le prochain tome avec impatience.

 

La Maison du soleil T.6/7
scénario et dessins de Taamo
Pika éditions, 2017/2018

 

Mao ne s’en rend pas compte mais elle tient une place centrale dans la vie de la famille Nakamura et ce depuis l’enfance. Mais si elle veut pouvoir avouer ses sentiments à Hiro, l’aîné, il faut qu’elle parte de la maison, quitte à retourner auprès de sa propre famille et de son père qui ne semble pas vouloir d’elle.

 

Ces deux tomes font la part belle aux personnages masculins qui entourent le personnage de Mao. Que ce soit Hiro, Daiki ou le père de l’adolescente, chacun à sa manière s’est construit avec elle et cela ressort aujourd’hui dans leurs rapports. La mangaka continue à développer son intrigue avec une justesse de ton même si certaines réactions semblent propres à la société japonaise. Les personnages prennent de l’épaisseur et sont développés en dehors de leurs relations familiales ce qui donne plus de perspective pour les tomes à venir.

 

Si vous avez manqué le début :

@ Au-delà de l’apparence T.1/2 [#]
@ Haikyû, les as du volley T.1 à 4 [#] T.5/6 [#] T.7 à 9 [#] T.10/11 [#] T.12/13 [#] T.14/15 [#] T.16/17 [#] T.18/19 [#]
@ Love, be loved, Leave, be left T.1/2 [#] T.3 [#] T.4 [#]
@ Bakuman T.1 à 5 [#] T.6/7 [#] T.8/9 [#] T.10/11 [#] T.12 à 15 [#] T.16/17 [#]
@ Rainbow Days T.1 [#] T.2/3 [#] T.4/5 [#] T.6/7 [#] T.8/9 [#] T.10/11 [#]
@ Sawako T.1/2/3 [#] T.4/5/6/7 [#] T.8/9 [#] T.10 [#] T.11/12 [#] T.15/16 [#] T.17/18 [#] T.19/20 [#] T.21/22 [#] T.23/24 [#] T.25 [#] T.26 [#]
@ La Maison du soleil T.1/2 [#] T.3/4 [#] T.5 [#]

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

Bakuman a été adapté en film (dont voici une affiche)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *