J’me sens pas belle de Gilles Abier

texte de Gilles Abier
Actes Sud Junior – Romans ado, 2011

 

Sabine se trouve moche, en tout point, depuis toujours. Elle rencontre Ajmal au rayon « produits de beauté » pour homme. Il ne parle pas français et a du mal à choisir sa mousse à raser. Elle ne comprend pas bien pourquoi il l’invite à prendre un café mais elle accepte. C’est le début de son histoire d’amour avec Ajmal, clandestin Afghan.

 

J’adore la plume de Gilles Abier. Plus je lis cet auteur, plus j’ai envie de le lire. Ici, il nous raconte la rencontre et l’histoire d’amour de Sabine, jeune femme mal dans sa peau, et d’Ajmal, un réfugié politique clandestin.

D’ailleurs, le roman commence par l’arrestation du jeune homme par la police (20.05.2010). Puis les chapitres reviennent alternativement sur la rencontre et la vie du couple (AJMAL), la vie de Sabine avant son amour (BERTRAND, ROGER). Le titre des chapitres (mis entre parenthèses) permet au lecteur de comprendre plus aisément que l’auteur change le temps de la narration. Les différents flashbacks permettent de garder le suspens sur le pourquoi et le comment de l’arrestation d’Ajmal. La construction du récit est un petit chef-d’œuvre d’écriture tout simplement.

Au delà de l’histoire d’amour, Gilles Abier aborde la condition des clandestins : leur vie au quotidien dans des squats, la peur au ventre, le combat d’associations et de proches pour les aider dans leurs démarches, et puis aussi et bien sûr les conditions d’arrestation et de détention.

La thématique de la confiance en soi et de la beauté est aussi abordé dans ce roman. C’est un sujet qui touche particulièrement l’adolescence et les éternelles remises en question. Tout au long du roman Sabine émet des doutes sur les sentiments d’Ajmal car elle ne comprend pas qu’un aussi beau jeune homme ai des sentiments pour elle. Cela parait banal mais comme dans tous les romans de Gilles Abier chaque chose a son importance.

Je n’ai pas vu venir cette fin. Merveilleuse et si douloureuse. Un livre à lire et à relire surtout qu’il n’est pas très gros.

 

Ce roman compte pour le Challenge Un mot, des titres chez Calypso. Il fallait lire un livre comprenant le mot BEAU et pour le 1er décembre ce sera BLANC. Un mot de saison.

Il comptait aussi dans mon Challenge Chez vous

et dans le Challenge Jeunesse, Young adult chez Muti.

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Laure, Fantasia, la Soupe de l’Espace et Gaëlle

@ découvrez deux autres livres de Gilles Abier chroniquez ici mais pour une tranche d’âge plus jeune : Une graine en cadeau et Un départ en fanfare.

@ le site internet de Gilles Abier

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

avec un tel titre j’avais cette chanson dans la tête…

Qu’est-ce que t’es belle par Catherine Ringer et Marc Lavoine

18 commentaires


  1. // Répondre

    à qui peut-on le conseiller, et surtout à quel âge ?!
    dis nous en plus !

    (L:47; J:52)


    1. // Répondre

      je pense que tu peux le conseiller aux ados qui veulent des récits de vie, et aussi à ceux qui veulent des choses un peu « trash ». Le roman ne l’est pas du tout mais je pense qu’il pourrait leur plaire. Dès 14 ans.


  2. // Répondre

    Le résumé ne m’attire pas vraiment, mais tu en parles avec un tel enthousiasme !
    Merci !


    1. // Répondre

      oui, il faut vraiment le lire. c’est un livre magnifique et très fort.


  3. // Répondre

    Alors d’abord tu me donnes envie de le lire… je l’avais repéré mais j’attendais un avis de collègue 😉 et ensuite nous avons les mêmes analogies musicales sur ce coup-là ! merci !













Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *