100 % culotté !

,

 Je ne sais pas vous, mais moi j’ai remarqué que les sous-vêtements intéressaient beaucoup les auteurs de la littérature de jeunesse. Sous forme de jeu, de conte, d’histoire drôle ou dramatique, voici de quoi nourrir votre réflexion sur le sujet.

 

ours blanc a perdu sa culotteOurs blanc a perdu sa culotte
texte et illustrations de Tupera Tupera
Albin Michel Jeunesse, 2014

 

Ours blanc est bien embêté d’avoir perdu sa culotte. Il ne se rappelle même plus à quoi elle ressemble. Heureusement, son amie la souris a décidé de l’aider.

 

L’album se présente dans un format en hauteur, de toute la taille d’Ours blanc. L’auteur a choisi un fond assez fade (couleur papier kraft) pour faire ressortir les couleurs et les motifs qui défilent tout au long de l’histoire sur les culottes. En effet, chacune reflète le caractère de son propriétaire. Ainsi le cochon gourmand possède une culotte jaune avec des motifs de gâteaux et de bonbons.

Le texte et les illustrations s’adressent clairement aux tout-petits et devraient plaire tant dans les devinettes que dans la chute finale très bien trouvée et trop mimi pour laisser les adultes indifférents eux aussi.

Les avis de La Soupe de l’espace (avec visuels) et de Ricochet

 

a qui sont ces culottesA qui sont ces culottes ? : hommage au bon roi Dagobert et à sa culotte à l’envers
texte et illustrations d’Anne Crahay
Alice Jeunesse – Histoire comme ça, 2009

 

Le Roi Dagobert, conseillé par Saint Eloi, part à la recherche d’une nouvelle culotte pour que ses sujets cessent de se moquer de lui. Il va en essayer des modèles très différents : de celle du serpent à celle de l’éléphant en passant par le crocodile…

 

Le postulat de départ reprend la comptine enfantine autour du Roi Dagobert et de sa culotte à l’envers. Ce petit roi dépeint comme râleur ne veut plus qu’on se moque de lui et décide de se prendre en main en partant dans la forêt. Il y trouve une culotte et une ritournelle entre en jeu « A qui est cette culotte ? ». La réponse est donnée sur un rabat à découvrir avec l’animal propriétaire qui justifie le manque d’utilité pour le roi de ce modèle.

Au niveau des illustrations, le mélange de dessin et de collage de matières brutes donnent du relief et donc un certain dynamisme. Elles sont aussi très colorées et se déploient sur toute la page.

Voici une histoire drôle et pétillante où l’on est bien content que le roi Dagobert reste lui-même. Je le conseillerais à partir de 4/5 ans quand l’enfant connaît la comptine.

 

le machinLe Machin
texte de Stéphane Servant
illustrations de Cécile Bonbon
Didier Jeunesse, 2006

 

« Un jour, près du grand lac, Bobo l’éléphant ramasse un drôle de machin.
Bobo le tourne et le retourne et le retourne dans tous les sens.C’est sûrement un bonnet, dit Bobo… »

 

Si vous ne connaissez pas encore Le Machin il vous faut AB-SO-LU-MENT le découvrir. Sous forme de randonnée, chaque animal donne sa propre interprétation du machin. Le bout de tissu devient alors tour à tour bonnet, jupe, cape, écharpe ou encore couverture. Mais à tous vouloir ce machin, il finit par se déchirer. Et c’est le bonhomme qui avait laissé de côté sa culotte pour se baigner qui est bien embêté.

© boumabib.fr
© boumabib.fr

Les illustrations sont réalisées en découpage et collage de matières. En faisant attention on distingue les différentes textures et épaisseurs de chacune et on regrette alors que l’album ne soit pas un livre à toucher. En tout cas, l’aspect ludique est bien représenté de ce côté-ci aussi.

Drôle tant dans les répétitions que dans la chute finale, cet album a de quoi séduire tous les publics, petits et grands.

L’avis de Sophie à ce sujet.

 

Et comme il existe encore plein de beaux albums sur le sujet, on en reparle demain avec une chronique 2 fois plus culottée !

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

Le Machin est devenu un raconte-tapis dans certaine bibliothèque

un autre endroit
© un autre endroit

 

12 commentaires


  1. // Répondre

    Je rectifie…ce raconte tapis est un vrai « raconte tapis » de là…

    Il a été acheté par la bibliothéque départemantale et moi je l’ai emprunté.


  2. // Répondre

    Le machin : j’adore ! Il y a aussi « Trois petites culottes » de Sylvie Chausse et « Ma culotte » d’Alan Mets


    1. // Répondre

      Les 3 petites culottes de Sylvie Chausse sont dans l’autre billet intitulé 200% culloté.
      Je ne suis pas une fan d’Alan Mets mais j’aurais effectivement pu le mettre dans cette sélection.


  3. // Répondre

    J’aime beaucoup « Le machin » ! Je note ton blog pour piocher des idées pour mon petit-fils (1 an très bientôt !)


    1. // Répondre

      tu auras de quoi lui trouver de jolies histoires, en tout cas je l’espère.
      merci pour ton passage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *