Comment (bien) rater ses vacances d’Anne Percin

texte d’Anne Percin
Le Rouergue – DoAdo, 2010

 

Maxime refuse de suivre ses parents dans leurs vacances estivales. Le GR20, la grande randonnée de Corse, les refuges et tutti quanti ce n’est pas pour lui. D’ailleurs sa petite sœur non plus ne veut pas y aller. A eux deux ils convainquent leurs parents : ce sera colo pour Alice, et chez la grand-mère pour Maxime. Le rêve. Car au Kremlin (-Bicètre) il a la belle vie : ordinateur, vidéo d’horreurs à volonté et une mamie aux petits soins pour lui. Sauf qu’au bout de 2 jours, la mamie est hospitalisée après être tombée dans les vapes. Les vacances de Maxime commence bien.

 

Voici un roman que vous avez surement vu et revu sur la blogosphère, mon avis ne dira rien de plus que ce qu’il en a été dit mais je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ma lecture.

Anne Percin écrit magistralement. J’ai adoré l’humour pince sans rire et complètement décalé du personnage de Maxime. Il ne se fait aucune illusion sur sa vie passée et future et porte un regard plutôt ironique dessus. Son attitude façon « j’prends du r’cul », pour tout analyser dans les moindres détails, est à tomber par terre. Ses réflexions sont dignes d’un ado et parfois d’un adulte, comme si à chaque situation il savait ce que le lecteur allait penser.

Le personnage de la grand-mère est forcément attachant avec la complicité qui se dégage de sa relation avec son petit-fils. On rêve d’avoir une telle mamie près de soi. La relation amoureuse de Maxime arrive presque comme un cheveux sur la soupe. Il est toutefois rigolo de voir naître cette relation via les réseaux sociaux car l’image qu’on se fait de l’autre n’est pas forcément ce qu’on imagine. Là-dessus, Anne Percin porte encore un regard incisif et tout à fait pertinent.

Ce roman est un vrai moment de jubilation, un petit bonbon de bonne humeur malgré les péripéties de notre héros. Il donnerait presque envie de bien rater ses vacances. Une lecture rafraîchissante qui peut être lu au soleil ou au fond de son lit. Je suis très curieuse de lire la suite des aventures de Maxime dans  Comment (bien) gérer sa love story. Un roman que je pourrais qualifier de COUP DE CŒUR !

 

Un roman qui comptait dans le défi lecture de juin (ça y est ! j’ai rattrapé mon retard pour juin, maintenant je m’attaque à juillet !)

Pour en savoir plus :

@ les avis de Stephie, Bladelor, Sophie, Marylène, Tiphanya, Laure, Aurélie, Clarabel, Clara, Lirado, Biblioblog, Télérama, Chiffonnette, Radicale et Saxaoul

@ un petit extrait bien rigolo chez Gaëlle

@ découvrez un autre roman d’Anne Percin sur ce blog : Comme des trains dans la nuit

@ et bien sûr le blog de l’auteur

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

bientôt mes vacances… et en attendant petite photo de celles de l’année dernière

© boumabib.fr

9 commentaires


  1. // Répondre

    Il est dans ma PAL et me tente énormément !!! J’ai rencontré l’auteur au dernier salon du livre jeunesse et elle est excellente ! Pleine d’humour, comme dans son livre je suppose 😉


    1. // Répondre

      oh. trop la chance ! j’aimerais bien la rencontrer.


  2. // Répondre

    Ah, le souvenir rigolo ! Mais c’est comme tout, j’apprécie ce genre de romans à petites doses. C’est bien qu’il ne soit pas très long, d’ailleurs : l’humour incisif, il faut que ça pétille, pas que ça s’étale !


    1. // Répondre

      exactement ! juste une petite dose de bonne humeur pour les vacances.
      et puis, rien que le titre devrait donner envie de le lire.


    1. // Répondre

      pas encore lu. je suis sûre que ça ne saurait tarder…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *