On n’a rien vu venir

On n’a rien vu venir. roman à 7 voix
texte d’AG Balpe, S. Beau, C. Beauvais, A. Heurtier, A. Laroche, F. Robin et S. Vidal
illustration d’Aurore Petit
Alice jeunesse, 2012

 

Le Parti de la Liberté a gagné les élections. Une partie de la population est en liesse, l’autre commence à frissonner de peur. Le nouveau pouvoir proclame très vite de nouvelles lois : l’heure à laquelle se lever, quoi manger, boire, dire ou chanter. La liberté est contrôlée. 7 voix, 7 enfants d’un même village nous racontent leur quotidien bouleversé.

 

J’introduirais mon billet en portant votre attention sur le fait que tous les auteurs sont des femmes. Je ne sais pas si c’est voulu ou si c’est un fait du hasard mais j’aurais quand même bien aimé un peu de parité ici aussi 😉 De plus, j’ai trouvé dommage que les textes ne soient pas signés. On ne sait qui a écrit quoi. Mais bon, cela ne nuit en rien à ce très bon roman dont je vais vous parler aujourd’hui.

Chaque chapitre est écrit comme une nouvelle par un auteur différent et montre le point de vue d’un enfant. Chacun porte un regard différent sur la nouvelle situation du pays, de leur ville et de leur entourage. Mais plus qu’un amas de nouvelles regroupées, on sent le travail de groupe des auteures. On retrouve dans chaque histoire des indices menant à une autre. Les enfants se connaissent, parfois de près, parfois de loin, et portent une vision sur la vie des autres. Le livre montre de multiples réactions à la montée de l’extrémisme : la fuite, l’attente, la rébellion, le conformisme, la résistance… Chacune ayant sa propre répercution sur la vie de l’enfant et de la communauté.

Le texte est bien fait car il montre comment un parti extrémiste peut arriver au pouvoir (n’oublions pas qu’Hitler a tout d’abord été élu). En tant qu’adulte, on aimerait voir les choses un peu plus poussées, approfondies, qu’elles restent moins en surface. Pour moi, ce roman est surtout une invitation au dialogue avec les enfants afin de ne jamais laisser se reproduire les erreurs du passé. Je conseillerais ce livre à partir de 10/11 ans car il faut déjà avoir quelques notions d’histoire ou de politique…

 

Un livre qui comptait pour le défi lecture de juin.

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Pages en pages, La Mare aux mots, BibliopatheEnfantipages, les Sandales d’Empedocle et Comptines

@ une lecture croisée très intéressante à l’ombre du grand arbre.

@ les blogs de (dans l’ordre alphabétique) : Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau, Clémentine Beauvais, Annelise Heurtier, Agnès Laroche, Fanny Robin et Séverine Vidal

@ le site internet de l’illustratrice Aurore Petit

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

 à relier avec le classique de la littérature :

La Vague de Todd Strasser (1969)

adapté ici en bande-dessinée par Kampmann

4 commentaires


    1. // Répondre

      moi non plus pour tout te dire mais le propos m’a automatiquement fait pensé à ce livre


  1. // Répondre

    ça a l’air intéressant comme concept. j’ai lu la vague et si le sujet est fort, le livre reste très succinct quand même


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *