Tempête au haras de Donner et Moreau

tempete au haras bdscénario de Chris Donner et Jérémie Moreau
adapté du roman éponyme de Chris Donner

dessins et couleurs de Jérémie Moreau
Rue de Sèvres, 2015

 

Jean-Philippe vient d’une famille d’éleveurs de chevaux. Chaque génération espère enfanter le crack qui gagnera les plus grandes courses. Aussi le jeune garçon a-t-il le même rêve que ses pères et en plus celui de devenir jockey. Il croit beaucoup en Tempête, le poulain né le même jour et dans la même étable que lui. Mais un orage aux conséquences dramatiques va changer la vie de tous et la sienne en particulier…

 

Il y a tant à dire sur cette histoire mais je ne voudrais pas trop vous en dire, que vous puissiez conserver ces jolis moments de lecture. Commençons par le fait que je ne connaissais pas le roman de Chris Donner avant de lire cette bd mais j’en avais entendu parler avec le plus grand bien. J’ai donc découvert avec des yeux « tout neufs » la vie de Jean-Philippe, son amour des chevaux et ce dès la naissance, son lien avec eux et son accident tragique (la colonne brisée par son cheval devenu fou une nuit de tempête).

Jean-Philippe est un enfant déterminé, il ne veut pas changer sa vie ni ses rêves sous prétexte que son accident le cloue dans un fauteuil. J’ai été admirative devant cette passion et cette force de caractère qui fait même ployer les adultes autour de lui. J’ai trouvé les personnages secondaires attachants, les relations entre cet enfant et les adultes qui s’occupent de lui sont complexes. Souvent sur-protégé, Jean-Philippe va toutefois réussir là où d’autres auraient laissé tomber. On sent que l’auteur a lui-même adapté le roman, la fluidité de la narration, l’enchainement des idées, tout est mis en œuvre pour que toutes les questions trouvent une réponse.

rue de sèvres
rue de sèvres

Le travail de Jérémie Moreau sur le dessin et les couleurs m’a enchantée. La bd n’est pas très causante mais toutes les émotions de Jean-Philippe (les joies comme les peines) ressortent avec force de ces illustrations. A la fois doux dans les couleurs et dynamiques dans les traits, les dessins de Moreau allient subtilité et mouvements pour donner un ton bien particulier à son récit. J’ai admiré les scènes de nuit et le bleu profond (du ciel et du cheval) qui donne envie de courir sous les étoiles.

Les cases s’enchaînent dans un souffle, on glisse avec le vent dans une folle course à cheval et l’on ne se rend même pas compte des pages qui défilent. C’est très beau, c’est plein d’émotion et c’est une belle histoire qui me restera un petit moment en tête.

 

bd_de_la_semaine_big_redpal janv 16Avec ce titre je participe à la BD de la semaine chez Stéphie

et cela entre aussi dans mon Objectif Lecture de janvier.

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Lirado, Noukette, Stéphie, Clarabel, Marie et Bodoï

@ le blog de Jérémie Moreau

@ découvrez d’autres titres des éditions Rue de Sèvres sur le blog

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

dans la thématique de la lecture….

les dimanches du galop by bobostudio via Flickr
les dimanches du galop
by bobostudio
via Flickr

15 commentaires


    1. // Répondre

      Je m’étais dit la même chose, et puis j’ai craqué.


  1. // Répondre

    Désolé, mais entre le monde hippique qui ne m’intéresse pas du tout, et l’aspect « sans texte » qui me laisse de marbre, je passe mon tour.
    Mais je ne doute pas que la proposition soit de qualité, c’est juste une question de perceptions personnelles.


    1. // Répondre

      Je ne suis pas du tout une fan des chevaux non plus et puis il y a tant à lire…


  2. // Répondre

    Pas trop le genre d’histoire que j’ai envie de découvrir en ce moment mais je note pour ma fille.


    1. // Répondre

      Je me dis la même chose mais je ne sais pas si j’aurais le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *