Les Ailes de la Sylphide de Pascale Maret

ailes de la sylphidetexte de Pascale Maret
Thierry Magnier, 2013

 

Lucie rêve de revêtir le rôle de la Sylphide dans le ballet du même nom. Cette créature féérique aux ailes translucides la fascine ; l’envie de légèreté l’obsède. Aussi lorsqu’elle obtient enfin le personnage, elle est sur un petit nuage. Et bientôt l’identification se révèle complète quand deux ailes apparaissent sur son dos…

 

J’avais adoré Le Monde attend derrière la porte de Pascale Maret, aussi me suis-je ruée sur ce nouveau roman pour les ados écrit de sa plume.

Mon avis final est contrasté.
Pascale Maret campe une jeune femme en proie aux doutes, passionnée de danse au point de vouloir en faire carrière, très introvertie, repliée sur elle-même mais aussi désireuse d’une vie plus folle, plus épanouissante socialement parlant. Le personnage de Lucie est attachant et l’arrivée du côté fantastique dans la narration m’a franchement séduite. Ces ailes donnent au récit un nouvel élan, de nouvelles perspectives à l’histoire. Lucie est-elle d’origine féérique ? Cet univers la poursuivra-t-il dans la réalité ?

Pourquoi vous dire que mon avis est contrasté alors. Tout simplement à cause de l’épilogue. Pour moi, il donne beaucoup beaucoup trop d’explication. Comme si, nous lecteurs, n’étions pas capables de lire entre les lignes, de rassembler les indices, les fils conducteurs laissés tout au long du roman.
Vraiment j’étais en colère. Ce qui fait que je reste avec un goût amer dans la bouche face à cette lecture pourtant très belle qui retrace en filigrane une situation dramatique.

PS. Tout le monde n’est pas d’accord avec moi, mes copinautes d’A l’Ombre du Grand Arbre par exemple l’expriment dans notre lecture commune de lundi

 

ya 2013logo 1litt 2013Challenge Young adult 3 chez Muti

Challenge 1% rentrée littéraire 2013 chez Hérisson

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Pépita, Alice, Carole, Hérisson, Gabriel, Clarabel et Sophie

@ une interview de Pascale Maret à propos du roman sur le blog A l’Ombre du Grand Arbre

@ le site internet de Pascale Maret

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

Moira Shearer, Sylphide dans le film « les Chaussons Rouges » 1948

 

 

3 commentaires


  1. // Répondre

    Oh, je n’ai pas considéré la fin de la même manière que toi (je fais partie de ceux qui ont aimé)… ton avis est donc très intéressant à lire !


    1. // Répondre

      je suis à contre courant sur ce coup là. mais ça me plait aussi de ne pas toujours dire la même chose que les autres !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *