La Fourmilière de Jenny Valentine

,
la fourmilieretexte de Jenny Valentine
École des Loisirs – Médium, 2011

 

Sam, 17 ans, vient d’arriver à Londres. Le 33, Georgina Street lui offre le toit dont il a besoin. Pas de question du moment qu’il paie le loyer. Mais c’est sans compter les autres locataires de l’immeuble : Isabelle, une vieille femme très curieuse, et surtout Bohémia dite Bo, 10 ans, devenue trop vite la mère de sa mère.

 

Je n’aurais jamais ouvert ce livre si mes copinautes de A l’Ombre du Grand Arbre ne m’y avait pas forcé. Non mais vous avez vu cette couverture ? Pour moi, c’était rédhibitoire. Et pourtant je les remercie aujourd’hui de m’avoir fait découvrir ce beau texte.

Les voix de Sam et de Bo s’alternent chapitre après chapitre, racontent leur présent, leur passé et leurs espérances futures. Elles racontent le quotidien du 33, Georgina Street et de ses multiples locataires : de Sam, adolescent fugueur dont le besoin de solitude équivaut à celui de Bo de se constituer une famille, de sa mère Cherry en mal d’amour et mère par obligation, junkie et alcoolo à ses heures, d’Isabel et son chien et leurs goûters-interrogatoires… Beaucoup de secrets entourent les locataires, certains seront révélés, d’autres non.

Cet immeuble pourrait faire penser à une court des miracles modernes, tant il semble regrouper des paumés, des fatigués de la vie. Pourtant au final, ce sera celui de la solidarité, de l’entre-aide et du partage.

Jenny Valentine signe un roman sans concession où la vie est aussi dure qu’il y paraît mais où un espoir permet de sortir la tête de l’eau. A lire et à faire lire dès 11 ans.

 

Challenge Young adult chez Muti

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Céline, Pépita, Fantasia, Eidole, Thalie, Marie, Lili Miaou et Gaëlle

@ une petite biographie de Jenny Valentine sur la Juke-Box-Ados

@ découvrez un autre livre sur la même thématique ici

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

il était déjà tout trouvé ce bonus 😉

booban.fr
© boobaan.fr

6 commentaires



  1. // Répondre

    Ah, les couvertures de l’école des loisirs, c’est tout un roman ! Je suis comme toi : sans les avis des blogueuses, j’aurais souvent passé mon chemin et raté de superbes romans. Par contre, je trouve qu’en ce moment Le Rouergue et sa collection doAdo nous fournit de très belles couvertures très alléchantes ! 😉


    1. // Répondre

      tout à fait d’accord avec toi en ce qui concerne les couvertures du Rouergue !


  2. // Répondre

    A ce propos, j’ai sélectionné ce livre dans le cadre d’un jeu-concours sur la littérature jeunesse européenne destiné à des collégiens et j’ai eu bien du mal à vaincre leurs réticences, toujours en raison de cette fameuse couverture. Heureusement, ma persévérance à été récompensée !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *