BZRK de Michael Grant

BZRKT.1
texte de Michael Grant
Gallimard jeunesse, 2012

 

Grey McLure et son fils sont victimes d’un attentat. Leur avion s’est écrasé sur un stade de sport. Scientifique et millionnaire de renom, McLure était surtout à la tête d’une opération secrète de grande envergure visant à contrecarrer les plans de Charles et Benjamin Armstrong, des siamois machiavéliques prêts à tout pour renverser l’ordre du monde.

 

Et si tout se jouait dans la « chair », dans le corps humain. Et si les inventions de l’homme le menait à inventer un « infiniment petit » pouvant moduler votre cerveau. Deux technologies pour deux camps ennemis qui s’affrontent. D’un côté la Armstrong Fancy Gifts Corporation utilise une pléiade de Nanobots, issus des technologies les plus pointues et contrôlés par des humains sans scrupule. De l’autre, les BZRK, héritiers de McLure, contrôlant des Biobots, un croisement de l’ADN animal et humain. Les Biobots sont reliés à leur créateur par la chair ; si jamais l’un deux venait à mourir, il rendrait l’humain qui le contrôle complètement fou.

Le combat est rude entre les deux organisations et le roman mèle intrigues politiques, manipulations et actions d’une main de maître. De nombreux personnages sont impliqués dans l’histoire, chacun détenant un morceau d’information qu’il est à nous, lecteur, de reconstituer. Deux ados, Keath et Plath, sont mis en exergue car ils sont recrutés au début de ce roman, nous permettant de nous familiariser avec tout le vocabulaire et le contexte socio-politique en même temps qu’eux.

Le texte est dense, dynamique et la bataille acharnée entre les deux camps. Le roman fait aussi remonter un certain nombres de réflexions sur les progrès technologiques, l’éthique scientifique et le manichéisme ambiant. Les personnages ont tous des fêlures (voire des failles) les amenant à s’interroger sur leurs actions, et le lecteur avec eux.

Michael Grant signe un roman brillant, tantôt lugubre, tantôt cynique, parfois joyeux mais toujours très prenant (et dont j’ai hâte de lire la suite).

 

challenge 1 littchallenge jeunesse ya 2012Un roman qui compte pour le Challenge 1% rentrée littéraire de Hérisson,

le Challenge Young Adult de Muti

et dans le défi lecture de décembre.

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Dorot, Nathan, Laure et Archessia

@ le site internet dédié à la trilogie

@ le site officiel de Michael Grant

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

je préfère largement les couvertures vo de son autre série Gone

BZRK - bonus

15 commentaires


  1. // Répondre

    Pour le coup, j’ai vraiment eu du mal à accrocher, j’h »site pour la suite…


  2. // Répondre

    Je l’ai vu en librairie, c’était un coup de coeur… Donc ça m’intrigue, je note ! 😉


  3. // Répondre

    Il traîne chez moi depuis des mois et j’ai du mal à me motiver à cause d’Ori et de mon namoureux qui n’ont pas accroché (mon namoureux a même abandonné à mi-lecture…). Mais du coup, tu me rappelles que pour beaucoup de romans les avis balancent des deux côtés.


    1. // Répondre

      c’est une lecture dense avec beaucoup de détails techniques et technologiques, aussi je comprends aisément que ton namoureux en ai abandonné la lecture. en ce qui me concerne, j’adore ces univers, les romans autour des dérives de la science et du progrès en général… un futur possible qui me donne des frissons dans le dos.


      1. // Répondre

        en fait je crois qu’il aime trop ce genre de romans en littérature adulte pour apprécier une version jeunesse. Il est très critique et exigeant


        1. //

          effectivement…


    1. // Répondre

      n’ayant pas lu Gone, je ne peux pas te dire si ces lectures se ressemblent…






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *