Demander l’impossible.com de Irène Cohen-Janca

texte de Irène Cohen-Janca
Le Rouergue – DoAdo, 2012

 

Antonin a 17 ans. Il est entouré d’une famille aimante et normale. Presque trop, ou en tout cas qui cherche à le rester plus que tout, même lorsque sa sœur aînée perd l’appétit. L’adolescent cherche donc refuge auprès de son oncle, un ancien de mai 68 qui aimerait y être encore. Et puis, il y a ce clochard en bas de chez lui qui le cherche du regard… Au final, une seule question : comment vivre ? avec quel futur ?

 

Je suis assez mitigée sur cette lecture. J’ai aimé le personnage d’Antonin, volontaire et en même temps timide sur les choses de l’amour. Il regarde sa vie, essaye de la disséquer pour comprendre où elle lui échappe. Il a aussi beaucoup d’humour ce qui fait du bien dans ce roman où les thématiques assez sombres sont abordées.

[Antonin est ] « Un loser qui ne rencontre qu’un obstacle. Le pire : lui-même. »

En effet, en tant que lecteur on comprend vite ce que les parents d’Antonin refusent de voir : sa sœur se prive de nourriture. Elle veut contrôler son corps comme elle contrôle le reste de sa vie. On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés, et bien là, la psychologue se met des œillères, trouve des excuses au comportement de sa fille. C’est finalement Antonin qui mettra les pieds dans le plat et dénoncera l’attitude de ses parents.

« Mais Emma, comme sourde, continue de griffer la purée et de mépriser bidoche et autorité paternelle. »

Pour le reste du roman, j’ai eu du mal à y trouver de l’intérêt. Antonin est loin d’être bête. Il se pose des questions sur le style de vie de ses parents, de son oncle et aussi de ce clochard en face de chez lui. Cet homme va devenir une obsession, à tel point qu’Antonin va essayer de s’identifier à lui par ses lectures (Le lion de J. Kessel).

Je pense que l’auteur a voulu montrer la globalité de la vie d’Antonin, que son adolescence n’était pas déterminé que par un seul facteur, tout comme l’avenir d’une personne ne se décide pas en un seul jour. Pourtant, même si je reconnais les intentions, cette partie du récit ne m’a pas captivé. L’écriture de Irène Cohen-Janca est très agréable et me donne envie de lire son prochain roman même si je n’ai pas totalement adhéré à celui-ci.

 

Ce roman compte pour le Challenge 1% rentrée littéraire 2012 de Hérisson,

le Challenge Young adult de Muti.

Il a été lu dans le cadre du STAR 5 de Liyah

et participe à mon défi lecture de novembre.

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Clara, Lirado et Sébastien

@ une bibliographie jeunesse de l’auteur sur Ricochet

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

demandezlimpossible.com est aussi le nom d’une manifestation autour de la poésie

affiche de l’édition 2001
© demandezl’impossible.com

8 commentaires


  1. // Répondre

    J’ai eu l’impression de bribes éparses, et je me suis dit que finalement, ça ressemblait pas mal à la vie… Par contre, l’idée du site « demander etc » est insuffisamment exploitée (surtout que c’est le titre).


    1. // Répondre

      tu me diras si tu as plus apprécié que moi.


  2. // Répondre

    Je n’ai jamais lu celui-ci mais j’avais lu de l’auteur : Fashion victim. J’avais bien aimé cette lecture, l’histoire d’un ado mal dans sa peau par son physique et le rôle de la mode dans le monde des ados.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *