Dauvilliers + Lizano

Aujourd’hui je vais vous parler de deux bande-dessinées pour la jeunesse que j’ai lu à la suite. Deux BD de très grande qualité et dont il s’avère qu’elles sont signées par le même duo auteur/illustrateur : Loïc Dauvilliers et Marc Lizano.

 

Hugo et Cagoule
scénario de Loïc Dauvilliers
dessins et couleurs de Marc Lizano
Les Editions de la Gouttière, 2012

 

Hugo, l’enfant, et Cagoule, le chat, se baladent et se retrouvent au pied d’un arbre. Commence alors une partie de cache-cache entre les deux compagnons de jeu.

 

Cette bande dessinée ne contient pas de texte. Les quelques bulles qui parsèment les cases représentent les pensées des personnages de façon dessinée. Chaque page comprend peut de cases mais elles sont toutes nécessaires à la compréhension de l’histoire. En fait, cette bande-dessinée (économiste en moyen) permet à l’enfant qui la lira de se débrouiller tout seul.

© boumabib.fr

Sans être lecteur (de l’écriture) il sera LECTEUR (de l’image) et pourra donc raconter l’histoire avec ses propres mots. Une narration très pédagogique puisqu’en plus les dessins ont toujours lieu d’un même point de vue : à côté d’un arbre, près d’une rivière. Les personnages entrent et sortent de ce cadre pour mieux jouer avec le lecteur. De plus, des pages sur fond gris entrecoupent la trame générale pour se focaliser sur la réalisation d’une idée : comment dessiner un chat ou un visage avec des matériaux naturels.

Vraiment une grande réussite, une histoire simple, un dessin très fluide qui permettra à des enfants de TOUS LES AGES de la lire. Je dirais donc dès 3/4 ans.

 

L’Enfant cachée
scénario de Loïc Dauvilliers
dessins de Marc Lizano
couleurs de Greg Salsedo
Le Lombard, 2012

 

Dounia est aujourd’hui grand-mère. Elle raconte à sa petite fille un épisode triste et dramatique de son passé : l’arrivée des nazis au pouvoir, le changement de la société, la rafle de ses parents et sa fuite pour ne pas finir en camp.

 

Cette bande-dessinée commence par une citation de Primo Levi sur la page de titre : « Quiconque oublie son passé est condamné à le revivre. » Car cet album, en plus d’être un album sur la persécution des juifs pendant l’époque nazie, est aussi une histoire sur la transmission d’un passé, d’une douleur sous-jacente même quand on ne sait pourquoi.

L’histoire de Dounia est intimiste, elle touche à l’intégrité d’une enfant. Une enfant qui se pose des questions, ne comprend pas le changement des comportements autour d’elle (que cela soit celui de ses parents, professeurs ou voisins). Le dessin lui aussi renvoie cette vision d’intimité avec ses traits souples, ses couleurs sombres, son ambiance sobre.

© boumabib.fr

Un récit pour les plus grand, parce qu’il aborde un aspect de notre histoire et qu’il faut donc une plus grande maturité pour le comprendre. Mais aussi parce que le schéma narratif et la découpe des cases montrent clairement que le livre s’adresse aux enfants à partir de 10 ans.

 

Je ne connaissais pas ce duo d’auteur/illustrateur mais je garderais un œil sur leurs noms pour les nouvelles parutions.

 

2 livres pour le défi lecture de septembre.

 

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Noukette, Jérôme, Mo et Bodoï surHugo et Cagoule

@ les avis de Hérisson, Mo, Noukette, la librairie M’Lire et Lecture Jeunesse 83

@ le site de Loïc Dauvillier et

@ le site internet de Marc Lizano

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

encore un chat… et un enfant

Le Chat de la Concierge, Paris, 1947 par Willy Ronis

10 commentaires


  1. // Répondre

    « L’enfant caché, je le trouve très bien fait et pas trop « dur » (comme on ne voit pas les camps) par rapport à d’autres livres sur cette période de l’histoire. Pour autant, on comprends bien la portée de ces événements.


    1. // Répondre

      oui, je trouve qu’il parle de faits pas toujours évoqué avec les enfants. le changement des comportements, la disparition de la famille, l’obligation de s’en remettre à des personnes que l’on ne connaît pas. et puis cette bd nous évite aussi le « happy end » tout en ayant une issue heureuse quand même.


  2. // Répondre

    Je connaissais la deuxième, mais pas la première. Elle fait envie (peut-être à cause du chat… hum hum) !


    1. // Répondre

      tous les chats mènent à Fantasia, c’est bien connu 🙂


  3. // Répondre

    tant qu’il y a un chat… Pour les livres sans texte, c’est assez surprenant quand on les donne à des enfants, j’en fait l’expérience de temps en temps avec les miens… 🙂


    1. // Répondre

      oui la compréhension de l’histoire n’est pas toujours la même que celle des adultes 😉


  4. // Répondre

    Deux énormes coups de coeur pour deux albums de qualité !! A mettre entre toutes les mains !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *