Cher Dylan de Siobhan Curham

,
texte de Siobhan Curham
Flammarion – Tribal, 2012

 

Georgie est une fan de l’acteur Dylan Curtland dont elle suit les aventures dans Jessop Close. Elle lui envoie des mails via son site web et lui raconte sa vie. Cependant, elle est loin de se douter qui se cache réellement derrière l’écran.

 

Le résumé est succinct mais vous permettra d’ambler de comprendre que le roman est une correspondance électronique entre une fan et son idole. Et ce qui est intéressant comme dans tout roman épistolaire, c’est la part d’ombre, la partie entre deux courriers qui n’est pas raconté. En tout cas, je trouve que ce genre un décuple l’imagination et j’aime ça.

Je peux vous révéler rapidement qui se cache derrière l’écran car on l’apprend très vite dans le roman et c’est loin d’être l’intérêt du livre. En fait, on voit bien que les premières réponses à Georgie sont des réponses automatiques, froides et non personnalisées. Puis rapidement, le ton change et devient plus amical. C’est la mère de Dylan, veuve depuis peu qui est chargée de tenir le site internet et la correspondance de son fils. Passé la surprise et le rejet (dû au mensonge), un vrai échange va naître entre cette cinquantenaire et la jeune adolescente.

Georgie est une jeune fille attachante. Elle cherche un équilibre dans sa vie. Son père est décédé dans un accident de moto, sa mère s’est remariée et boit parfois pour oublier. Son beau-père se montre très rustre parfois à la limite de la violence. Elle a une seule amie et l’on comprend vite que celle-ci se sert de Georgie. Sa correspondante va alors faire office d’ancre dans la vie bousculée de la jeune fille. Toujours optimiste, elle va donner des conseils et aider du mieux qu’elle peut. Finalement chacune face à leur solitude, les deux personnages principaux vont trouver un réconfort dans l’échange avec l’autre.

Le roman aborde bien sûr les dangers d’internet et les mensonges qui y sont liés. N’oublions pas que la maman de Dylan se fait passer pour son fils au début du roman. Mais c’est surtout la chronique d’une vie adolescente à l’heure des nouvelles technologies. D’ailleurs, Siobhan Curham a d’abord publié son texte via le web sous forme de feuilleton. C’est le succès rencontré qui lui a permis d’être édité outre-Manche (on comprend alors mieux que certains passages soient longuets.)

C’est un livre plein de bons sentiments (parfois presque un peu trop) qui m’a fait passé un bon moment de lecture. Je le conseillerais dès 12 ans.

 

Merci à Liyah et aux éditions Flammarion grâce à qui j’ai gagné ce livre

 

© boumabib.fr

Un roman qui comptait dans le défi lecture d’août.

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Choisir un livre, Clarabel et Catherine Gentile pour Ricochet

@ le site officiel de Siobhan Curham

@ décourez la collection Tribal chez Flammarion dont est issu ce roman

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

la couverture en VO illustré par Michael Hill et bien plus parlante

8 commentaires


  1. // Répondre

    dis donc, à te lire, on a l’impression que tous les romans ado sont tristes à mourir, torturés ou en tout cas vraiment déprimants pour nos chères têtes blondes…
    entre le viol, la violence, la boisson ou le suicide, ce n’est franchement pas gai !
    Les éditeurs sont dépressifs ou quoi ?!
    (L:33/J:41)


    1. // Répondre

      non mais ce genre de lecture est plébiscité par les ados.
      il paraîtrait même que c’est à cette période de notre vie que nous lisons les choses les plus dures avec le plus de facilité…


  2. // Répondre

    La couverture de la VO me plaît beaucoup ! Je note le titre, ça pourrait me plaire.


  3. // Répondre

    Je préfère aussi la couverture VO! Un livre qui ne me tente pas beaucoup, mais il faut que je vois pour l’épistolaire en 4ème, ça peut être une piste!


    1. // Répondre

      je viens de lire la Revue des Livres pour Enfants et ils ont bien plus aimé que moi.
      Je cite « un roman bien ficelé, original, captivant et très émouvant, sans être dépourvu d’humour, avec une héroïne vraiment intéressante, une évolution des personnages qui sonne vrai, y compris pour les personnages secondaires, du suspens… »
      http://lajoieparleslivres.bnf.fr


  4. // Répondre

    Bon, je dois avouer que je n’ai pas envie de romans avec « des bons sentiments » en ce moment. Ça a l’air sympa, mais je crois que je vais passer mon tour. 😉


  5. // Répondre

    Je suis très tentée par ton article. Ce roman me paraît d’ailleurs très intéressant pour les thèmes abordés (internet…). Je le note.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *