Mercredi de l’album #01 : François Roca

,

Voici ma première participation aux mercredis de l’album qui ont pour but de faire découvrir l’illustration pour la jeunesse. Tous les 2 mois, 2 illustrateurs sont tirés au sort. Cette fois-ci nous avions le choix entre François Roca et Nathalie Novi. J’ai décidé de ne pas choisir et de chroniquer des livres pour ces deux merveilleux illustrateurs. Je commence donc par François Roca (parce qu’il faut bien commencer par quelqu’un !).

On le connaît beaucoup pour ses collaborations, ou plutôt ses créations avec son comparse Fred Bernard. Et ce sont deux de leurs ouvrages que j’ai décidé de vous présenter aujourd’hui car ils forment pour moi un duo magique.

uma
Uma la petite déesse
texte de Fred Bernard
illustrations de François Roca
Albin Michel jeunesse, 2006
 

Uma a été choisie. Elle est la nouvelle déesse (non sans rappelé le thème de la kumari royale en Inde), elle est crainte et respectée, et pour ne pas être souillée elle ne doit pas poser un pied à terre. Mais un conflit couve puis éclate, Uma doit fuir la guerre.

Cet album est un petit chef-d’œuvre. François Roca raconte lui-même une histoire dans l’histoire de Fred Bernard.
J’ai été
frappé par les expressions des visages qui sont facilement déchiffrables de par la finesse des dessins. L’utilisation des couleurs est sensationnelle. Les scènes de batailles sont dans les tons rouges et marrons correspondant à leur côté sanguin, l’atmosphère semble saturé. Au contraire, les scènes de la fuite d’Uma prennent des teintes bleues et vertes (celui de la jungle), le ciel est omniprésent donnant une sensation de liberté et de prospérité (notamment celle d’Uma volant sur le dos d’un aigle).
La magie des couleurs donne vie aux situations et aux personnages créés par les deux comparses.

© Albin Michel Jeunesse
L’Homme Bonzaïhomme-bonsai-alb 
texte de Fred Bernard
illustrations de François Roca
Albin Michel jeunesse, 2003
 

Planté dans la coque d’un vieux vaisseau, enchâssé entre les mats brisés et les cordages, se dressait un arbre superbe et fier. Les hommes du Narval plissaient les yeux sur le majestueux végétal, quand le Capitaine O’Murphy ordonna que l’on mette une chaloupe à la mer.

C’était le matin du 24 avril 1894. Les mouettes suspendaient leur envol.

Les couleurs utilisées correspondent merveilleusement à ce récit marin ; les bleus profonds de la mer, l’ocre et le marron du bois des bateaux, tout se fait écho. Là encore le vécu des personnages transparait dans les illustrations.

© boumabib.fr



Le travail de François Roca est pour moi reconnaissable entre mille. Son coup de crayon et son utilisation des couleurs sont habiles et donnent pleinement vie aux récits illustrés. J’espère que sa collaboration avec Fred Bernard durera encore longtemps pour produire ces merveilleux ouvrages à destination des plus grands.
Je note dans ma LAL, l’adaptation en bande dessinée de ce récit illustrée par Fred Bernard lui-même.

Ce billet me permet d’avance un peu plus dans mon challenge Je lis aussi des albums 12/24

Pour en savoir plus :

@ l’avis de La boîte à livre sur Uma

@ l’avis de Ricochet et du Grenier à livre sur l’Homme bonsaï

@ une interview de Fred Bernard sur son adaptation BD chez Auracan

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

la couverture de l’adaptation BD

homme-bonsai-bonus
L’Homme bonsaï, la bd par Fred Bernard

11 commentaires


  1. // Répondre

    Quand j’ai découvert ce duo, je me suis lu une bonne partie de leur biblio. Un binôme qui fonctionne à merveille 🙂


  2. // Répondre

    Je vois que je ne suis pas la seule adepte du duo Fred Bernard/Roca ! Ils font vraiment de magnifiques albums ensemble !


  3. // Répondre

    c’est vrai que c’est intéressant de voir que les illustrations t’ont plus touchées que pour moi


    1. // Répondre

      « un livre pour chaque lecteur, un lecteur pour chaque livre » heureusement que nous sommes tous des lecteurs différents




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *