Bonbon vs Bombonne

,

Aujourd’hui petite analyse comparée d’un même titre dans deux éditions parues avec quarante ans d’écart.

La première, aux éditions des femmes date de 1977 quand à la dernière elle a été éditée par Actes Sud Junior en 2014 dans sa collection Encore + une histoire. Dans les deux on retrouve Adela Turin au texte et Nella Bosnia aux illustrations.

Petit rappel de l’histoire :

Au pays des éléphants, les éléphantes sont roses. Pour que les fillettes atteignent cette particularité, elles ne mangent que des pivoines et des anémones. Et pour être toujours belles, elles restent ensemble, protégées du reste du monde derrière des barrières avec leur collerette et leurs chaussons assortis. Pâquerette, elle, malgré le même régime et les mêmes attentions, reste grise au grand damne de ses parents et décide donc de tout envoyer promener, de faire comme les garçons. Suivie de peu par toutes les éléphantes.

Pourquoi vous parler de ce titre ? Pourquoi les comparer ?

Eh bien, parce que je connaissais la première version pour l’avoir lu plus d’une fois quand j’étais petite. Et quand j’ai vu l’édition de 2014 quelque chose m’a choqué : LE TITRE AVAIT ÉTÉ CHANGÉ !!!

J’ai essayé de trouver partout sur internet le ou les traducteurs de ces deux versions afin de savoir s’il ou elle avait changé. Mais impossible d’avoir cette information. Je pars donc du principe que le livre a été retraduit pour les éditions Actes Sud Junior, ce qui expliquerait que le texte à l’intérieur de l’album comporte lui-aussi quelques différences avec l’original des éditions des femmes. Il s’agit cependant de transformations liées à la synthaxe qui ne change aucunement la signification de l’histoire.

Par contre, je trouve qu’avoir changé le BOMBONNE en BONBON modifie les intentions données dans le titre. Le Rose bonbon fait clairement référence à la couleur souvent attribuée dans l’imaginaire collectif à la féminité. L’utilisation du Rose bombonne va plus loin dans les revendications féministes. Puisque que la définition du mot bombonne veut dire récipient en forme de bouteille ventrue (selon le Larousse), une référence claire à la maternité.

Alors certes, le mot bombonne n’est plus guère utilisé actuellement et parle moins aux enfants et à leurs parents (apprendre du vocabulaire ne fait pourtant pas de mal). Personnellement, je trouve surtout que le nouveau titre est plus lisse, moins revendicatif de la condition des femmes souvent cantonnées au rôle reproducteur, à la maternité.

 

La réédition d’un livre militant pour l’égalité des femmes et des hommes est toujours une bonne chose et il convient de le mettre dans les mains du plus grand nombre. Mais je reste sur ma déception à ne pas y avoir retrouvé les souvenirs de mon enfance.

 

Pour en savoir plus :

@ aller faire un tour sur le site des éditions des femmes

@ l’avis de Chlop, aussi déçue que moi pour le changement de la conclusion, où je la rejoins

Challenge Je lis aussi des albums 2018 chez Hérisson 49/60

Challenge Objectif lecture 2016 sur ce blog

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

et pourquoi pas !

Xmas Surprise
by BrosTheFrog
via Flickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *