No man’s land de Loïc Le Pallec

no man's landtexte de Loïc Le Pallec
Sarbacane – Exprim’, 2013

 

Sur une Terre débarrassée de toute humanité suite à une catastrophe, Archi, le robot-biblio, raconte la reconstruction d’une ville et d’une civilisation par une pléiade de robots bien plus humain qu’il n’y paraît.

 

Je ne sais pas vraiment quoi vous dire sur ce roman. Il est bien écrit. L’idée de base est séduisante et bien développée. Les sentiments humains renaissent chez les robots. Ils découvrent la tristesse, la jalousie, l’amour ou l’amitié. Ils sont semblables à des enfants en quête d’apprentissage (comme le souligne un des robots dont j’ai perdu le nom).

Pourtant je n’ai pas réussi à rentrer dans ce roman. Les premiers chapitres ont défilé rapidement entre mes mains avant de m’entraîner vers une lecture plus laborieuse. J’y ai trouvé quelques longueurs (une fois la découverte des émotions et la mise en place d’un semblant de société je m’attendais à un peu plus d’action). Je me suis même arrêtée en plein milieu de ma lecture et ai eu plus que du mal à y revenir (quelques jours après).

Je ne comprends pas comment j’ai pu passer à côté de ce roman que bien des blogueurs de ma connaissance recommandent comme un coup de cœur. J’aurais pourtant bien un soupçon de piste : même si nous sommes dans de la science-fiction ce roman est trop introspectif à mon goût, il y a au final très peu d’aventure. Les situations tournent autour de quelques personnages dans un lieu clos (de par la désertion de leur environnement). Quand à la fin, je m’y attendais.

Alors si vous avez déjà lu ce roman, je suis curieuse de lire ce que vous en pensez. Si ce n’est pas le cas, je vous enjoins à le lire et à vous faire votre propre avis car l’écriture de Loïc Le Pallec est fluide et sensible. Elle n’a juste pas su me toucher.

 

logo 1litt 2013ya 2013Challenge 1% rentrée littéraire 2013 chez Hérisson

Challenge Young Adult 3 chez Muti

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Sophie, Céline et Muti

@ découvrez la collection Exprim’ avec une interview de Tibo Bérard, son directeur

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

moi je leur voyais plutôt une tête comme ça à ces robots

no man's land - bonus
© humanoides.fr

4 commentaires



  1. // Répondre

    Bonjour Bouma,

    Je peux tout à fait comprendre que tu n’es pas embarqué à cause du côté « trop » introspectif du livre. Quand on crée un univers, les gens s’y retrouvent… ou pas. C’était une sorte de challenge pour moi, d’écrire cette histoire où je voulais traiter de thèmes qui m’importent en les développant par le biais de personnages non humains… L’atmosphère mélancolique et nostalgique ne se prêtait pas vraiment à un livre d’action ( bien qu’il s’y passe des choses dans ce roman, sur un rythme qui cherchait plus à traduire une certaine intimité. apparemment ça n’a pas marché avec toi. Je te remercie pour  » l’écriture fluide et sensible » et puis… si tu le relis dans quelques années, tu le trouveras peut-être très bien (hahaha…). Allez, il y aura plus d’action dans le prochain! Merci encore

    Loïc


    1. // Répondre

      Merci pour ce gentil commentaire et pour avoir aisément compris ce qui avait pu me gêner dans ma lecture.
      J’attends votre roman avec impatience.
      Bonne continuation à vous.


      1. // Répondre

        pas de quoi,

        il est toujours intéressant d’avoir un retour des lecteurs et puis c’est agréable de savoir que ces derniers prennent le temps de communiquer leurs impressions, quel que soit leur avis (On n’écrit pas dans le but de plaire à tout le monde, plutôt dans celui de faire partager une vision, un ressenti, une émotion, des idées…) car cela permet au livre de créer des réactions et des échanges et au fond, c’est ça l’important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *