Le Trésor des Okalus de Geoff Rodkey

trésor des okalusLes Chroniques de l’Archipel T.1
texte de Geoff Rodkey
Seuil jeunesse, 2013

 

Lu grâce à Masse Critique de Babelio

 

Egbert, benjamin d’un propriétaire de plantation, est surtout le souffre douleur de sa famille. Tyrannisé par ses aînés, malmené par la chaleur suffocante de l’île de Temps-Mort où il habite, Egbert ne souhaite qu’une chose : mener une vie tranquille. Mais quand son père décide de partir du jour au lendemain vers l’île voisine de Soleil-Levant pour consulter son avocat, il ne se doute pas que cette routine est terminée.

 

Premier tome d’une nouvelle série, Geoff Rodkey prend son temps pour poser le contexte et les personnages de ses chroniques (un peu trop à mon goût). Egbert est un jeune homme solitaire par obligation, tyrannisé mais pas peureux pour deux sous. Habitué à se prendre des coups quoi il en soit, il essaie de rendre la monnaie de sa pièce à ceux qui l’embêtent, le tout avec énergie.

Après cette première partie permettant au lecteurs de découvrir le personnage principal et l’univers dans lequel il évolue, on le suit lui et sa famille sur l’île de Soleil-Levant. Dès leur arrivée, Egbert sent une certaine tension autour d’eux. Roger Pembroke, richissime homme d’affaire, les invite même à loger sous son toit, eux les pouilleux de Temps-Mort !  C’est d’ailleurs lors d’un voyage en Mongolfière organisé par Pembroke que la famille d’Egbert disparaît, le laissant seul sur Terre (au sens propre comme au figuré). Loin de comprendre ce qui lui arrive, le jeune homme est plutôt enchanté de se retrouver sans ces perturbateurs, d’autant plus qu’il s’est épris de Millicent, la fille de Pembroke. Pourtant il se rend compte petit à petit que sa famille ne reviendra pas, et qu’on cherche à le déposséder de ses terres par tous les moyens. Qui ? et surtout Pourquoi ? Le jeune homme aura besoin d’un long voyage initiatique pour découvrir tout cela.

Pirates, autochtones et amours font de ce roman un modèle du genre, pourtant je n’ai pas franchement été conquise. Il y a de grosses lenteurs, la première moitié du livre aurait pu être réduite de moitié pour moi. Ce qui s’annonce comme un roman d’action est en fait un roman psychologique pour les enfants  à partir de 11 ans ou pour de bons lecteurs. Il les séduira je pense avec facilité mais pour moi ce fut une lecture « sans plus ».

 

challenge bookineurs en couleurspetit bac 2013Challenge Bookineurs en couleurs chez Liyah

Challenge Petit Bac 2013 chez Enna (catégorie Objet, ligne Jeunesse)

Challenge Young Adult chez Muti

challenge jeunesse ya 2012

Pour en savoir plus :

@ le site officiel de Geoff Rodkey

@ le site de Joëlle Jolivet qui a réalisé la superbe couverture de ce roman

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

attention, on est très loin de la famille Pirate

tresor des okalus - bonus

5 commentaires


  1. // Répondre

    Le côté Pirates des Caraïbes très scénaristique du roman et la petite Millicent m’ont permis de mieux apprécier ce roman. Tu ne liras donc pas la suite alors?


  2. // Répondre

    Zut alors ! Bon, je pense que je tenterai, l’avis de Lael m’a donné envie de m’y plonger.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *