Ce qu’ils n’ont pu nous prendre de Ruta Sepetys

texte de Ruta Sepetys
Gallimard jeunesse – Scripto, 2011

 

Lina, jeune lituanienne, est emmenée en plein milieu de la nuit avec sa mère et son petit frère par des gardes soviétiques. 1941 annonce le commencement de la déportation des habitants des Pays Baltes vers la Sibérie. Lina nous raconte sa vie d’avant, sa déportation, ses souffrances physiques, et morales, mais aussi son amour pour son pays, pour sa famille, ces instants de bonheurs qu’ils n’ont pas pu lui prendre…

 

Habituellement ce n’est pas le genre de récit que j’affectionne. Mais la qualité de l’écriture est indéniable et enlève toute trace de mélo. Le roman aborde un sujet peu traité encore aujourd’hui dans la littérature : la déportation et le génocide lituanien par l’URSS, la situation des pays baltes coincés entre Hitler et Staline pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le personnage de Lina est attachant. A elle seule, elle vaut le coup de lire ce roman. Son courage, sa détermination sont autant de symboles de son témoignage. Et puis, par derrière la dureté de la vie, l’exploitation de l’homme par l’homme, les humiliations… derrière l’indescriptible on entraperçoit un petit bout de ciel bleu. L’amour se glisse dans la vie de Lina sans qu’elle s’en aperçoive. Petit brin de soleil au coeur du froid sibérien. Les personnages secondaires sont eux aussi merveilleux, facettes multiples d’un même drame, et il est si pénible d’en perdre tant en route (même si la description de la déportation ne laisse aucun doute quand à la fin du voyage).

Il est si dommage que la fin arrive si vite, j’aurais volontiers suivi le combat de Lina encore quelques pages. L’épilogue nous en dit peu sur la fin de cette histoire, celle de Lina, celle de sa génération, celle de son pays.

Si vous n’avez pas encore lu ce livre, il le faut. Vraiment.

 

bouma

Un livre qui compte pour mon  Challenge Chez Vous

pour le STAR 4  de Liyah

et pour le défi lecture de mai

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Marie, Theoma, Cajou, Emmanuelle Pelot, Citrouille, Francesca, Radicale, Mélo et Emmyne

@ une interview vidéo sur le site de Gallimard jeunesse

@ le site internet officiel de Ruta Sepetys

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

Lina, jeune artiste, admire l’œuvre de Munch dont le plus célèbre tableau Le Cri vient d’être vendu pour 120 millions de dollars

© Globe

14 commentaires


  1. // Répondre

    J’étais sûre qu’il te plairait!
    c’est un récit très fort, une histoire qu’on garde longtemps en mémoire…


  2. // Répondre

    Oh oui, quel livre. Et cette dimension artistique en résistance est magnifique.


    1. // Répondre

      je n’en ai pas du tout parlé dans mon article mais c’est vrai que cette dimension est très importante aussi. et en plus elle se révèle un réel moyen de survie pour Lina et sa famille.


  3. // Répondre

    Une énorme claque ce roman sur une période historique que je ne connaissais pas!


    1. // Répondre

      je crois qu’on a tous plus ou moins découvert cette période grâce à ce roman


  4. // Répondre

    Je l’ai dans ma PAL depuis sa sortie mais je ne l’ai toujours pas lu, pas envie de ce genre d’histoire en ce moment… :-/


  5. // Répondre

    Encore un livre qui est dans ma PAL et que je devrais vraiment lire au vu de tous ces avis positifs !


    1. // Répondre

      difficile d’être déçu par tant de talent


  6. // Répondre

    J’étais persuadée qu’il te plairait. Je me rappelle que tu étais tentée. Je suis heureuse qu’il t’ait plu.


    1. // Répondre

      à lire ton avis, j’étais sûre qu’il me plairait aussi. ça n’a pas raté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *