Mercredis de l’album #8 : Benjamin Lacombe

J’ai d’abord découvert Benjamin Lacombe comme auteur dans Blues Bayou, un album sur l’amitié et le jazz que je vous recommande chaudement. Je suis donc
heureuse aujourd’hui de vous parler de lui en tant qu’illustrateur (principalement).

 


contes macabres
Les
Contes macabres

d’Edgard Allan Poe, traduction de Charles Baudelaire, illustrations de Benjamin Lacombe

 

Le livre contient sept contes de la patte du célèbre écrivain américain, un chapitre sur sa vie et son oeuvre, et en fin d’ouvrage une biographie de l’auteur, du
traducteur et de l’illustrateur.

 

Quel bel ouvrage ! Proposé dans la collection Métamorphose chez Soleil, ce livre vaut déjà pour l’objet qui nous est proposé : la couverture cartonnée, les pages blanches puis noires en fonction
des nouvelles. Et surtout les illustrations pleines pages, encadrées, renforcent le sentiment de peur et de frisson créé par l’écriture de Poe. Les figures de Lacombe sont mystérieuses,
intrigantes, et dérangeantes. Elles m’ont parfois mises mal à l’aise dans leur composition (ce qui pour moi est aussi une qualité en rapport avec le texte original). Le travail d’illustration est
vraiment superbe et je ne saurais que vous recommandez cette lecture.

 

La Mélodie des tuyaux
melodie des tuyaux

texte et illustrations de Benjamin Lacombe ; dit par Olivia Ruiz

 

Alexandre est un jeune garçon de 13 ans qui vit dans une ville triste et terne. Son avenir est tout tracé, comme tout le monde il travaillera à l’usine. Mais
Alexandre rêve d’autres horizons, aussi est-il fasciné par l’arrivée d’un convoi de tsiganes, de leurs curiosités et de leur musique. Quand il rencontre Elena son avenir bascule.

 

J’ai d’abord écouté l’histoire avant de la lire. La voix d’Olivia Ruiz m’a troublé au départ (notamment à cause de son accent) mais son ton prend tout son sens avec l’arrivée des tsiganes et de
leur musique qui correspond bien à l’univers sonore de l’artiste. Il s’agit d’un vrai conte musical et le CD d’accompagnement est aussi important que le livre (ne pas faire l’impasse dessus !)

Les illustrations sont magnifiques, en pleine page face au texte parfois même en double pages, permettant de voir l’étendu du talent de Lacombe. Son trait est très reconnaissable, quelque chose
de mélancolique dans les yeux de ses personnages (même chez les enfants) et qui siéent très bien à l’histoire racontée. 

 

challengealbumbig1

Ces deux albums me permettent d’avancer un peu plus dans le challenge Je lis aussi des albums : 9/20

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Laure, Plume, Cachou et
Grim’Livres
sur Les Contes macabres

@ une vision des pages du livre de Poe grâce à BD’Gest

@ les avis de Clarabel, Cachou, Laure,
Marie et Theoma sur La Mélodie des tuyaux

@ le site officiel de Benjamin Lacombe, son blog et sa page Facebook

@ le site des mercredis de l’album pour voir les autres billets des participants 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Bonus :

Benjamin Lacombe vu par lui-même

benjamin lacombe - bonus

(copyright Benjamin Lacombe)

by

9 commentaires


  1. // Répondre

    Le premier n’est pas pour moi, c’est justement le côté trop sombre et morbide que je reproche aux dessins de B. Lacombe.

    En revanche peut-être que le deuxième me plairait plus…


  2. // Répondre

    Les contes macabres me font de l’oeil depuis très très longtemps et tu ne fais que renforcer cette avis !

     

    Merci d’être passé !


  3. // Répondre

    La mélodie des tuyaux est un magnifique album, je ne sais pas si ce n’est pas l’un des plus réussi d’ailleurs avec Généalogie d’une sorcière! Les contes macabres m’attendent! J’ai hâte!


  4. // Répondre

    J’ai beaucoup aimé La mélodie des tuyaux, les illustrations comme la musique qui m’a transportée.


  5. // Répondre

    Je l’adore ! Autant comme illustrateur qu’auteur, d’ailleurs. Merci !


  6. // Répondre

    j’ai aussi aimé La mélodie des tuyaux et les Contes macabres dont tu parles me tentent bien. J’ai fait l’erreur de lire mon premier Lacombe avec mes enfants (2 et 5 ans à
    l’époque) avant de me rendre compte que ça ne leur était pas du tout destiné!


  7. // Répondre

    J’avais été un peu déçue par Le
    carnet rouge
    mais les illustrations (Agata Kawa) m’ont réellement séduite : du coup, j’ai acheté Les contes macabres pour avoir une autre vision de cet artiste. Je n’ai pas encore trouvé le
    temps de m’y plonger, mais tu as raison, l’objet en lui-même est déjà une réussite. Je fais confiance à Poe et aux illustrations de B. Lacombe pour faire le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *