mangastore #01

Et encore une nouvelle rubrique !
Inspirée par le thyphon manga d’Ori et le mangamaniac de Clarabel, je me lance dans une chronique manga car je suis une très grande fan du genre. J’en ai une pelletée à la maison (moite-moite avec mon chéri) et encore ! heureusement que les bibliothèques municipales existent pour assouvir mes lectures.
Je commence avec deux séries que j’ai découvert cette année.

.

Paradise Kiss (5 tomes, série finie)
de Ai Yazawa
Kana, 2004/2005

paradise kiss
Yukari est une lycéenne sérieuse et studieuse qui suit la voie tracée par ses parents. Un jour, elle se fait aborder par des lycéens d’une école de couture pour leur servir de modèle. D’abord réticente, Yukari découvre peu à peu le monde de la haute couture, et se fait de nouveaux amis. Elle va alors devoir jongler entre examens et défilés… sans compter une histoire d’amour avec Georges, le créateur de l’atelier. On est dans un shojo tout de même !

.

Je connaissais Nana, la série phare, de cet auteur et j’ai découvert avec ce titre son goût pour l’univers de la mode. L’auteur s’est surpassé et son trait de crayon correspond très bien à ce milieu. J’ai dévoré les tomes les uns après les autres. Ai Yazawa a créé des personnages attachants dont il est difficile de se séparer, et comme à son habitude, la fin ne berce pas dans la facilité (mais je n’en dirai pas plus…).

.

switch girl 6Switch girl  (6 tomes, en cours de parution)
de Natsumi Aida
Delcourt, 2009/2010

Version On, Nika est une lycéenne populaire et sympathique qui prend soin de son apparence. Version Off, elle devient une jeune fille négligée (avec jogging et lunette !), voire vulgaire . Un jour, un nouvel élève arrive : Arata, binoclard et discret. Mais Nika découvre bientôt qu’il cache lui aussi un secret. Il est beau mais se transforme en « geek » au lycée pour que la gente féminine le laisse tranquille.

.

Très drôle, cette série nous fait découvrir toutes les contradictions de la société japonaises, entre occidentalisme et orientalisme, entre modernité et tradition… qu’est-ce que je m’amuse. Les entrées de chapitre nous expliquent certains termes tels que les promotions aux supermarchés ou une variété culinaire très odorante (dont j’ai oublié le nom, sorry). C’est drôlissime à souhait et le mode On/Off nous promet encore de belles aventures.
Je me suis faite devancer par Clarabel pour parler de ce manga [ici] , et elle est beaucoup plus loquace que moi. Donc si vous avez envie d’en connaître un peu plus sur cette série complètement loufoque, courez lire son billet ! A la prochaine pour de nouvelles aventures aux pays des mangas.

.

Pour en savoir plus :

@ sur Aï Yazawa, direction le site manga-news.fr

@ vous voulez un aperçu du T.1 de Switch girl, c’est par ici

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

la robe de Paradise Kiss qui permettra aux jeunes artistes de gagner le concours de leur école

mangastore 1 - bonus
© Kana

 

7 commentaires


  1. // Répondre

    Chouette !
    Bon, tu le sais, je suis une fan de Switch Girl ! C’est une série étonnante ET détonnante. Elle me fait éclater de rire plus d’une fois.
    Paradise Kiss, je connais mais je n’ai jamais lu. Un comble.
    As-tu vu l’animé ?


    1. // Répondre

      non je n’ai pas vu l’animé car j’ai souvent été déçu par les retranscriptions télévisuelles des mangas tels que Fruits Basket ou Love Hina. L’histoire comporte souvent des modifications et ça me gène. Et toi ? tu as vu des animés de Ai Yazawa ?


  2. // Répondre

    Non !
    J’en ai vu des morceaux sur DailyMotion. Cela me fait très envie, malgré tout. Je sais qu’il y a souvent des différences avec la version papier, mais quelque part ça m’attire tjrs. Certaines
    séries que je suis sont adaptées au Japon, les mangakas en parlent en aparté et j’en suis malade de ne pas les connaître. Argh.
    Il y a aussi des films, là j’ai un peu plus de mal. J’avais trouvé un site avec des liens, j’ai tiqué plus d’une fois. Pourtant c’étaient les adaptations de séries fétiches, mais je ne sais, ça
    le faisait moins ! :/


  3. // Répondre

    Je ne dirais qu’un mot, Georgeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee! Oh que je l’aime!


  4. // Répondre

    Ahhhhh tu attises trop ma curiosité ! Il faut que je me dépêche de connaitre la fin !


  5. // Répondre

    Si tu aimes Paradise Kiss, tu peux lire Gokinjo, du même auteur. C’est ce qui se passe avant Paradise kiss, en quelque sorte, et on retrouve donc les mêmes héros, plus jeunes. Les dessins sont un
    peu moins bons que dans les autres séries d’Ai Yazawa, mais les personnages deviennent vite attachants. Cela dit, le ton est beaucoup plus léger que Paradise Kiss, qui s’adresse à des ados plus
    mûrs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *