Petites lectures #19

Quelques courtes lectures qui ont attiré mon attention dernièrement.

 

Les Voyageurs silencieux
texte de Jeanne-A Debats
Syros – Mini soon +, 2016

 

Les Equilims sont venus sur Terre il y a quelques années et personne ne sait pourquoi. Ces animaux qui ressemblent beaucoup aux chevaux hormis leurs bras supplémentaires semblent inoffensifs mais les débats perdurent sur cet aspect. Alix, dont le père en élève, est chargée du transport d’un troupeau vers l’Australie.

 

Franchement un peu déçue par ce roman de science-fiction qui n’égale pas mes dernières lectures dans cette collection. Ici on suit la jeune Alix attachée aux Equilims comme à des animaux. Elle est prête à les défendre face à leurs détracteurs mais se retrouve complètement perdue quand elle comprend qu’ils ont des capacités bien supérieures à ce qu’elle pouvait penser. J’ai trouvé cette aventure plaisante à lire, mais je n’y ai pas retrouvé la réflexion habituelle laissée par ce genre de récit. Bien sûr, on sent la défense de la nature et le respect des différences mais il m’a manqué ce petit quelque chose pour que les enfants comprennent la profondeur du combat des animaux pour leur liberté.

 

La Couleur du vélo
texte de Sandra Le Guen
illustrations de Thanh Portal
La Palissade, 2017

 

Anaïs a demandé un vélo pour Noël mais sa déception est immense quand elle s’aperçoit qu’il est rose. Elle exècre cette couleur. Depuis que son papa n’est plus là, elle ne veut plus rien avoir elle.

 

Ce court roman revient sur les fêtes de Noël dans une famille où le père est décédé il y a peu. On suit le point de vue d’Anaïs, la fille aînée de la famille, qui voit dans la couleur rose trop de souvenirs pour pouvoir la côtoyer. Les relations familiales sont compliquées par le chagrin de chacun et les différentes manières de le gérer. L’écriture sensible de Sandra Le Guen décrit avec délicatesse cette délicate étape du deuil. Le vélo est un catalyseur, un objet de transition, qui va permettre à l’héroïne d’accepter la situation d’une façon plus sereine. Les quelques illustrations en noir et blanc aère le récit pour plus de fluidité.

 

Un Week-end sur deux
texte de Corinne Dreyfuss
Thierry Magnier – Petite poche, 2017

 

Réédition d’un texte paru en 2005 dans la même collection, on suit le récit à la première personne du dernier né d’une famille recomposée. C’est d’ailleurs l’originalité du point de vue qui m’a touché dans ce texte. On lit souvent des histoires sur des enfants qui jonglent entre des parents séparés. Ici, on suit celui qui reste et qui voit ses frères et sœurs ainés partir la moitié du temps. A travers les yeux de cet enfant, on découvre le quotidien décalé : les appels vidéos, les allers-retours, les valises… on découvre le manque, le gouffre et la difficulté à gérer cette situation même quand on la vit depuis toujours.

Le texte est touchant. On s’identifie vite au personnage principal et on se met facilement dans sa peau. Une petite poche comme je les aime.

 

Le Jour où on a arrêté de faire la guerre
texte de Thierry Lenain
illustrations de Thanh Portal
Nathan – premiers romans, 2017

 

Des enfants qui jouent à la guerre dans la cour de récréation et voilà Raïssa qui se cache dans le placard pour fuir ce conflit, même imaginaire. La petite fille dessine à ses camarades le quotidien qu’elle a fui pour qu’il comprenne sa peur.

 

Je me demandais vraiment ce qui se cachait derrière ce titre et j’ai retrouvé la plume juste de Thierry Lenain. Il écrit une histoire simple, accessible aux jeunes lecteurs tant par son vocabulaire que par les situations concrètes qu’il décrit. On y voit une classe confrontée à son jeu guerrier et aux répercutions de tels actes dans la réalité. Les enfants essaient alors de trouver des solutions pour rassurer leur camarade apeurée : ne plus jouer à cela, promettre de ne pas faire la guerre, voter une loi l’interdisant… certes tout cela paraît bien utopiste pour un adulte mais j’y ai trouvé tout l’espoir propre aux enfants. Et j’espère bien que Le Jour où on a arrêté de faire la guerre arrivera de mon vivant.

.

Challenge Objectif lecture 2016 sur ce blog

Challenge Objectif lecture 2017 sur ce blog

Objectif lecture de janvier 2018

Challenge Young adult 7 chez Muti 15/65 – pour Les Voyageurs silencieux

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

un peu de paix dans ce monde de brutes !

A true lover ?
by Kristina Alexanderson
via Flickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *