L’Envol du dragon de Jeanne-A Debats

texte de Jeanne-A Debats
Syros – Mini-soon, 2011

 

Valentin aime s’immerger dans le jeu vidéo en ligne WorldOfDragons. Là-bas il est un jeune dragonneau qui apprend à faire ses premiers vols. Loin, très loin, de la douleur et de la maladie qui peu à peu prennent contrôle de son corps.

 

Le nombre de pages est vraiment loin de compter pour faire la qualité d’un roman. Celui-ci est particulièrement bouleversant. On voit très vite que le jeune Valentin aime son jeu vidéo (qu’il intègre grâce à une puce dans son cou) car il lui permet de vivre loin de la réalité et de la douleur liée à sa maladie. Le sujet est grave et l’écriture forte car très réaliste. Valentin n’en peut plus. Il a besoin de s’évader de la réalité.

Le roman alterne les chapitres entre le jeu et la réalité. Val6 est protégé par un vieux dragon du nom de Mentor7. Et même si en tant qu’adulte, on comprend vite qu’il s’agit du père du jeune garçon, on est ému par la relation qui lie ses deux entités. La fin, inévitable, est belle et touchante. Émouvante.

Je serais curieuse de voir ce qu’une enfant retient de ce beau roman…

 

Un livre qui compte pour le défi lecture de mai

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Radicale, Bladelor, Citrouille, Imaginelf et Laure

@ découvrez A la poursuite des humutes et Le Très grand vaisseau, deux autres titres de la collection mini-soon chroniqués ici

@ le blog de Jeanne-a Debats

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

 c’est comme ça que j’imagine Mentor7

© GT Wallpaper

5 commentaires


  1. // Répondre

    Merci pour le lien 🙂
    Je trouve qu’en peu de pages Jeanne-A Debats a réussi à faire une histoire très complète. D’autres livres de la collection m’ont moins convaincue. Celui-ci m’a vraiment émue.


    1. // Répondre

      je suis du même avis que toi. ce titre sort vraiment du lot, ou de la collection pour être plus exacte.


  2. // Répondre

    J’ai beaucoup aimé. L’amour paternel (très pudique) n’est pas souvent au centre d’un roman.
    Mon fils de 9 ans l’a lu et n’a pas compris. Il a fallu que je lui explique.


    1. // Répondre

      justement je me demandais… une lecture accompagnée est donc préférable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *