Isidore Tiperanole de Pierre Thiry

isidore-tiperanole.jpg

Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines
texte de Pierre Thiry
illustrations de Myriam Saci
Bod, 2011

 

Montceau-les-Mines n’a pas toujours été celle qu’elle est aujourd’hui. Il y a longtemps, elle était gouvernée par Hermangarde de Sanvigne-L’Hermine, une hermine dont les sujets étaient des lapins. Parmi eux, trois frères forts différents, Arthur, Théobald et Justin, sont tombés amoureux de la magnifique princesse du royaume, Ermelinde. Chacun a voulu la conquérir, mais tous ont du affronter Isidore Tipéranole, le gardien du château à la tête de crocodile sur un corps de gorille.

 

Tout d’abord je voudrais remercier Pierre Thiry qui m’a fait l’honneur de m’envoyer son texte. La lecture s’en est avérée fort agréable. Je m’excuse aussi du temps que j’ai mis à rédiger ce billet mais j’ai voulu prendre du recul afin de mieux cerner ce qui m’avait gêné.

En recevant ce livre je pensais avoir affaire à ce que l’on nomme dans le jargon : une première lecture, puis au fur et à mesure des pages je me suis rendue compte que l’histoire s’adressait à des lecteurs plus expérimentés. Au vue du vocabulaire, des jeux de mots et de la construction du texte je le destinerais plus à des enfants à partir de 8 ans. Il s’agit d’un conte somme toute assez classique dont les lecteurs repéreront facilement les codes (une princesse à conquérir, un méchant à affronter…) et qui saura les séduire.

Je n’aurais qu’un seul petit bémol à émettre, et j’apporte là un point de vue d’adulte et de prescripteur.  Il concerne la construction des chapitres. Il y a un fort déséquilibre entre la longueur des quatre chapitres et tout particulièrement entre les deux premiers (chap 1 : 24 p. ; chap. 2 : 8 p. ; 12 p. ; chap. 4 : 14 p.). Pour les jeunes lecteurs, le rythme des chapitres est aussi synonyme de fluidité dans l’histoire, en plus du style bien sûr (ce qui ne manque pas dans l’écriture de Pierre Thiry). Quatre chapitres de même longueurs auraient équilibré encore plus l’histoire.

Pierre Thiry a su toutefois raconter un beau conte en amenant dans le concret (la ville actuelle) une part de magie et de fantaisie. Un texte qui ravira les enfants, et leurs parents.

 

J’espère que mon humble avis permettra à l’auteur de progresser afin de rendre sa prose meilleure encore…

 

Pour en savoir plus :

@ les avis de Plume, Mina, Liliba, Sophie, Lael, Thalie et Lili Galipette

@ le site de Pierre Thiry et la page facebook du livre

@ le site de Myriam Saci

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Bonus :

Montceau-les-Mines, évidemment

isidore-tiperanole---bonus.jpg

 

6 commentaires


    1. // Répondre

      tout à fait d’accord avec toi. l’illustratrice a encore besoin de travailler son style.


    1. // Répondre

      et ça l’est. si cela t’intéresse, je suis sûr que l’auteur serait ravi de t’en envoyer un exemplaire en échange d’un billet..


  1. // Répondre

    Je n’avais pas fait attention à ce point! Je l’ai conseillé pour les enfants du même âge, mais aussi en lecture accompagnée.


    1. // Répondre

      la lecture accompagnée est une bonne chose pour les enfants, et puis eux ne font pas forcément autant attention que nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *