Mercredi de l’album #9 : Rue du Monde

Et voilà, à l’occasion des 15 ans des éditions Rue du Monde, Fleur a décidé de les mettre à l’honneur.

Je vous parlerais donc aujourd’hui de deux albums.

 


ma famille nombreuse
Ma famille nombreuse : 76 poèmes et 1 éléphant

textes de David Dumortier ; images de Lucile Placin

 

un drôle d’album que voilà.

d’abord les illustrations : elles sont rigolotes comme tout, mélange de dessins et de découpages de papiers. Elles sont surtout très colorées, délurées et correspondent à merveille à l’univers
farfelu décrit dans ce livre.

et le texte : les petits poèmes de David Dumortier n’ont pas de rimes mais toujours un titre qui nous fait découvrir un nouvel aspect de cette famille nombreuse (6 fois des jumeaux + les
parents).

Juste deux petits extraits magnifiques pour vous faire comprendre pourquoi j’ai craqué pour cet album poétique  :

 

Tout gris

Un éléphant gris est

un nuage de poussière

rempli d’eau.

 

Maman est belle

Maman a parfumé son cou

et elle a enfilé

sa magnifique robe noire

piquetée d’étoiles.

On s’est mis sur la pointe des pieds

pour l’embrasser,

la lune de ses lèvres

est descendue de ses talons,

Papa l’a prise par le bras

et, ensuite,

ils sont peut-être allés danser,

toute la nuit,

c’est leur secret…

 


ours epe
L’Ours qui avait
une épée

texte de Davide Cali

images de Gianluca Foli


Il était une fois un ours, un ours très fort qui vivait dans un fort et avait une épée. Avec elle, il détruisit une forêt pour montrer son incroyable force. Peu après, sa maison fut détruite par
les eaux, il s’en prit aux castors dont le barage n’avait pas tenu mais ceux-ci lui répondirent que c’était la faute du sanglier. L’ours alla alors voir le sanglier…

Une histoire en forme de randonnée où notre cher ami l’ours se rend finalement compte que sa démonstration de force a rendu malheureux les habitants de la forêt. Il prend alors le parti de
réparer ses erreurs.

Ce qui m’a avant tout attiré vers cet album ce sont les illustrations. Les grandes et magnifiques illustrations de Gianluca Foli, qui mélange les genres picturaux, tantôt crayonnées, tantôt
peintes, mais le tout se croise sur une même image, donnant une singularité particulière aux illustrations. Un travail soigné et original de ces deux italiens.

 

challengealbumbig1Un grand merci aux éditions Rue du Monde pour la littérature de qualité et le travail incroyable qu’elles ont fait au cours de ces 15 dernières années.

 

Ce nouveau Mercredi de l’album me permet de progresser dans le challenge d’Herisson Je lis aussi des albums :
14/20

 

 

Pour en savoir plus :

@ l’avis de Graines de mômes sur Ma famille nombreuse

@ le site officiel de Lucile Placin, illustratrice

@ Le
Printemps des poètes
présente David Dumortier

@ l’avis de France info et de Graines de mômes sur L’Ours qui avait une épée

@ le site officiel de Davide Cali et celui de Giancula Foli

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Bonus :

la plus belle image de l’album…

rue du monde - bonus

by

6 commentaires


  1. // Répondre

    C’est vrai que cette illustration ours et oiseaux est très belle.

    Bonne fin de semaine !


  2. // Répondre

    J’adore le premier album. Toutes ces couleurs ça fait du bien! et ça me fait penser à l’Inde! d’ailleurs j’aurais parié que c’en était le thème!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *